Pourquoi investir en EHPAD ?

L’investissement en EHPAD (Etablissement d’Hébergement pour Personnes Agées Dépendantes) commence à susciter les intérêts. Suite à la forte augmentation de l’espérance de vie, ce genre de placement promet en effet un rendement intéressant. Voici des renseignements qui vont sont nécessaire si vous décidez d’investir en EHPAD.

Un petit tour sur l’investissement en EHPAD

Avant de se lancer dans ce genre d’investissement, il faut connaître ce qu’est l’EHPAD. Il s’agit en fait d’une résidence destinée aux personnes âgées qui ont besoin d’un certain service médical. Elle comporte en général 50 à 80 chambres dotées d’un équipement spécifique et elle est gérée par un exploitant. Les résidents de l’établissement ont droit bien entendu à un service médical assuré par des médecins, des infirmiers et des kinésithérapeutes ainsi qu’un un service de restauration. Investir en EHPAD consiste donc à acheter une des chambres au sein de l’établissement et à la louer. Il faut signer un bail commercial avec l’exploitant. L’investisseur peut agir en tant que loueur meublé non professionnel mais il peut aussi se soumettre au régime Censi-Bouvard ou LMP (loueur meublé professionnel).

Les avantages d’investir en EHPAD

En investissant en EHPAD, vous accédez avant tout à un avantage fiscal. C’est ce qui va optimiser la rentabilité de votre placement. Cependant, pour un investissement sécurisé, il est primordial d’opter pour un établissement qui dispose d’un agrément. Pour ce faire, il faut s’adresser à un groupe de notoriété qui a signé une convention avec le conseil général et l’Agence Régionale de Santé ou ARS. Il est aussi nécessaire de bien vérifier le contenu du bail commercial afin de percevoir un bon loyer. En outre, sachez que c’est à l’exploitant de chercher un locataire pour votre chambre en EHPAD (http://www.topargent.com/investir-en-ehpad-un-placement-financier-rentable/). S’il y a des travaux de réparation ou d’entretien à faire, ils sont également à la charge du gestionnaire selon les articles 605 et 606 du Code Civil.